TRANQUILLITÉ PUBLIQUE ET BIEN VIVRE ENSEMBLE -SÉCURITÉ DES PARKINGS

VIZILLE AU COEUR TRANQUILLITÉ PUBLIQUE ET BIEN VIVRE ENSEMBLE

😡 Trouvons ensemble, sans polémique, des solutions au problème de dégradations volontaires sur les parkings du centre-ville… 😡

【 Des délits secouent Vizille depuis plusieurs semaines. Une ou plusieurs personnes dégradent des voitures sur les parkings, crèvent des pneus, volent des éléments de carrosserie, fracturent des portières ou taguent des insultes sur d’autres véhicules.】

Ce genre d’agissements crapuleux ou de saccages coûtent cher aux victimes qui en sont parfois à plusieurs dégradations successives et sont bien démunies n’ayant ni garage, ni place privée en centre-ville. Les primes d’assurances peuvent augmenter, les franchises restent à la charge des victimes ou parfois rien n’est remboursé.

Il n’est pas de doute que les enquêteurs de la gendarmerie sont informés, tout comme la police municipale. Ils finiront, nous l’espérons, par repérer et attraper le ou les auteurs.

▶︎ Nous pensons cependant que la municipalité (celle d’aujourd’hui ou celle de demain) pourrait avoir une action concrète qui faciliterait l’action des enquêteurs.◀︎

Dans cette situation il faut pouvoir identifier les auteurs de façon très discrète. Une caméra permanente visible déplacerait le problème vers des endroits moins surveillés, et d’autres vizillois seraient victimes.

Le Maire, légalement, ne peut pas poser des caméras sans le signaler (panneau d’information visible de tous) mais il peut proposer son aide technique aux enquêteurs dans deux cas de figure [Article 251-2 du code de la sécurité intérieure] :
❖-installation préventive déclarée et autorisée par le préfet avec vision directe ou enregistrement pendant un mois.
❖-ou dans le cadre d’une procédure judiciaire, d’une réquisition du parquet ou d’un juge d’instruction à l’initiative du service enquêteur, donc la gendarmerie.
Cela reste complexe et décidé par les seuls enquêteurs dans le cadre du Code de Procédure Pénale [article 706-96-1], en particulier dans le cadre de délinquance organisée ou de crime.

◼︎Il faudrait étudier si la commune peut proposer des emplacements ou des supports préinstallés pour que les enquêteurs mettent des outils de surveillance momentanés. Cela pourrait être des bâtiments municipaux, des poteaux fondus dans le décor, des véhicules banalisés.

◼︎Sans garantir la sécurité, on peut aussi avoir une action pour éclairer les parkings avec des luminaires équipés de détecteurs de présence afin que les voyous soient dérangés la nuit. Une telle proposition dépend de la Commune et de la Métro selon le statut juridique des parkings, dans tous les cas de la volonté des élus.

◼︎Pour renforcer la solidarité avec les victimes, il faut organiser le retour de l’information. Une enquête a un côté secret, mais les victimes ont besoin d’être écoutées et soutenues. Recenser les problèmes, recevoir les personnes concernées, les accompagner éventuellement lorsque c’est possible dans d’éventuelles démarches individuelles auprès d’administrations, d’employeurs, d’assurances, c’est aussi à réfléchir pour bien vivre ensemble et rester solidaires en toute circonstance.

Retrouvez nos publications sur ces questions
VIZILLE AU COEUR TRANQUILLITÉ PUBLIQUE ET BIEN VIVRE ENSEMBLE
https://www.facebook.com/catherine.troton.9/posts/144781556974962
https://www.facebook.com/vizilleaucoeur/posts/736490166758391

Aucune description de photo disponible.